Les bienfaits du tango ou « Nous sommes nés pour danser…le Tango ! »

15 Fév 2022 | Bien-être

Danser, c’est la Vie !

Nous sommes nés pour danser ! … au premier abord, vous ne me croirez peut-être pas, ou vous commenterez d’un « je ne sais pas danser ». Pourtant des études scientifiques ont démontré que notre  capacité à suivre le tempo est inscrite dans nos gènes et que nous naissons avec. D’où l’expression « avoir le rythme dans la peau » !

Dans cet article, je vous parlerai plus précisément du Tango Argentin, de ses bienfaits, pourquoi et comment se lancer dans l’aventure !

Le Tango Argentin, danse, musique et poésie, est issu d’un mélange de racines africaines, d’Amérique centrale et du Sud, et des cultures européennes lors de l’émigration vers l’Argentine. A travers le temps, le tango a su évoluer et resté vivant. Il existe différents types de tango que ce soit dans la danse comme dans la musique du tango de début 1900 au ‘Neotango’ depuis les années 1960.  Chacun y trouve son style dans cet univers si riche !

Mais pourquoi le tango Argentin me demanderez-vous ?

Cette danse a démontré depuis des décennies ses bienfaits sur les personnes qui le dansent mais aussi pour ceux qui l’écoutent ou le regardent en tant que spectateur.

Quels sont les bienfaits du tango ?

Sur le corps…

  • Equilibre
    Lors de la marche et des pas de danse, on travaille énormément la notion d’équilibre avec la position des pieds dans le sol, la posture juste pour être bien aligné et confortable
  • Chez les personnes âgées : diminution significative du risque de chute. On constate une amélioration du mouvement assis-debout. La pratique du tango pourrait convenir aux personnes à haut risque de chutes.
  • Motricité
    Le tango est par exemple recommandé pour les personnes avec des troubles Parkinson notamment grâce à la marche rythmée par la musique.
  • Coordination
    On pratique la coordination jambes, bras, avec la notion de dissociation-association du bas et du haut du corps.
  • Renforcement du cœur et des poumons, stabilisation du rythme cardiaque. La fréquence cardiaque atteint 60% de sa capacité maximum lors d’une danse de tango, alors que la salsa ou le rock peuvent solliciter un peu trop notre cœur.
  • Amélioration du système musculaire : on sollicite énormément les muscles du corps notamment ceux du dos, des jambes, les bras, les abdominaux.
  • Mémoire des pas et des séquences de mouvements : avec le tango, on travaille la mémoire à la fois dans l’apprentissage des pas, des figures mais aussi de la musique dansée.
    A titre d’exemple, le superbe projet Caravane de la mémoire a mis en place des ateliers tango pour des personnes atteintes de troubles neuro-cognitifs comme Alzheimer (travail avec la mélodie et la mémoire corporelle).
  • Concentration: le temps d’un cours de tango ou d’une milonga, on donne toute son attention, sa concentration à cette pratique. On ne pense à rien d’autre !
  • Proprioception c’est-à-dire la notion de percevoir correctement son propre corps et sa position dans l’espace

 

Et sur l’esprit…

  • Confiance en soi et confiance en l’autre, assurance
  • Amélioration de l’humeur:  joie, énergie, détente, diminution du stress
  • Communication et expression des émotions : sur le plan psychologique il permet un développement émotionnel cognitif et expressif.
  • Plus d’empathie, écoute réciproque
  • Prendre sa place et exprimer son avis
    La danse et danser avec l’autre doit avant tout être un plaisir et ne doit pas être subie. C’est donc important de savoir prendre sa place et savoir dire oui ou non lorsque nous sommes invités pour une danse, et à l’inverse être capable d’accepter le refus de l’autre.
  • Trouver du courage, sortir de sa zone de confort
    Parfois j’ai l’impression de sauter dans une grande piscine, « se jeter à l’eau » quand je vais danser avec une personne que je ne connais pas encore. On en retire un bienfait d’autant plus gratifiant pendant et à la fin de la danse.
  • Imagination et créativité
    Nous en sommes capables tout au long de la vie. Je me suis étonnée moi-même à 30 ans d’être capable de danser en improvisation, de créer des mouvements, d’explorer de nouvelles sensations corporelles et psychiques à travers la danse et la musique.
  • L’importance du toucher dans la danse, « l’abrazo » (l’enlacement) dans le tango comme une étreinte, un câlin.

« Il s’agit de la magie de l’étreinte, laquelle, pour moi,
est un acte d’amour…qui dure 3mn. »

  • Ecoute musicale, coordination des pas sur le rythme de la musique et mouvement sur la mélodie
  • Lien social et socialisation  : c’est la connexion avec les autres, faire partie d’un tout. Cette activité peut être un remède sain à la solitude, à l’isolement.

 

L’abrazo (Source : ABB Reportages)

Pour qui ?

Il n’y a pas de prérequis pour danser le tango. Accessible à tous : les enfants, les adultes, les aînés, peu importe l’âge ou l’état de santé. Partons du principe que la danse, c’est bon pour tout le monde !

Pourquoi et comment se lancer dans l’aventure du Tango ?

Par exemple, quand vous pensez au tango et que vous vous dites : « Je pense que cela peut me faire plaisir, et en même temps, me tenir en forme », « ça fait du bien à l’âme et donne du bonheur et le sourire », alors c’est que vous êtes prêts pour vous lancer !

Des cours particuliers ou en collectif, choisissez le format qui vous convient. Prenez le temps d’essayer différentes associations et professeurs de danse, et de techniques, pour y trouver son compte. Il est essentiel d’écouter ses besoins corporels, psychologiques et musicaux.

Par ailleurs, il existe du « tango adapté » et «sur-mesure» si vous connaissez des personnes qui aimeraient le danser mais qui nécessite un accompagnement spécifique. Par exemple, on retrouve des ateliers de tango dans des Ehpad, des services dédiés aux personnes avec des troubles Parkinson, de sclérose en plaque, ou d’autres types de pathologies ou handicap, etc.

Des témoignages émouvants sur ” Ce que le tango m’apporte ” 

Yakari  

“Dans le tango, on observe des personnes qui sont bien dans leur corps et qui le montrent.

C’est un voyage corporel, c’est sentir des synchronicités que je trouve avec ma/mon partenaire.

Quant à la musique, certaines m’enchantent. L’idée : qu’est-ce que je vais proposer à telle personne ? qu’est-ce que telle personne va me proposer sur ce morceau ?

Intellectuellement, cette danse est très riche, requiert de la précision et de la finesse et une bonne proprioception.

En outre, le tango c’est viser le beau, l’esthétique et qu’on me le dise, ou parfois je le provoque. Je veux être beau, je crois en moi… sortir de son soi ordinaire pour être un peu Extraordinaire. Sens toi libre pour toi et sois libre pour les autres.

En dernier lieu, cet univers est un moyen de connaître des gens, d’aller dans d’autres strates sociales.”

Pierre

“Le tango m’apporte un espace de concentration, de recentrage sur mon ressenti corporel. Cette activité physique améliore ma posture et entretient la tonicité des muscles de mon dos. L’activité psychique du tango améliore ma conscience de moi-même.

C’est :
– un espace de partage : un contact physique mutuellement consenti et bienveillant, franc et sans retenue avec une personne que je respecte et qui me respecte.
– un espace d’écoute : écoute de soi, de son propre corps, de son niveau d’énergie, de ses envies dans le mouvement et l’arrêt, l’écoute de la musique pour accompagner ce moment de partage.
– un espace de créativité dans la danse à deux, accompagné par la musique, créativité dans le mouvement.

C’est un espace de jeu, d’expression des émotions, et de confessions muettes cœur à cœur.

La pratique du tango me donne l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, dans l’acceptation de l’autre et la bienveillance, avec un goût partagé pour la danse et la sensibilité.”

Julie

“Ce que j’apprécie dans cette danse ce sont les bienfaits ressentis dans mon corps : l’équilibre, l’ancrage dans le sol, retrouver une posture droite et digne.

Dans le lien avec l’autre, j’aime la connexion et la transmission des énergies entre les deux partenaires, la douceur et l’attention qu’on se donne mutuellement. Le triptyque guideur-guidé-musique est exceptionnel, permet d’appréhender la musique différemment et de la retranscrire corporellement.”

 

Julie Ollivier

– – – –

Vous souhaitez en savoir plus sur le tango ?  

Contactez-moi par mail info@nunaqhali.com ou au 07.86.60.02.16 pour en discuter ensemble.

– – – –

 

Références 

‘Résumé de la conférence réalisée dans le cadre du printemps du tango’ – ‘Le tango dans tous ses états’. Dr. Carol PETERS Pathologiste (2017)

‘Danser pour soigner son cerveau’. Gunter Kreutz, professeur de sciences musicales systématiques à l’université Carl von Ossietzky d’Oldenburg. Dossier du magazine Cerveau & psycho (2017)

‘Le cerveau entre dans la danse’. Julia F. Christensen, Docteure en psychologie et neuroscientifique à l’institut Max-Planck de Francfort-sur-le-Main. Dossier du magazine Cerveau & psycho (2020)

‘Tango, corps à corps culturel’. France Joyal. Presses de l’Université du Québec (2009)